Vie de l'Agence [id-pop] : Communication et développement durable à Nantes

Comment créer une AMAP?

ferme-bio-corbiere-roussay

Les AMAP c’est bien, on s’inscrit, on s’engage et on reçoit un panier de légumes ou autres produits issus de l’agriculture biologique pas loin de chez soi. Mais qu’est ce que c’est vraiment et comment ça marche une distribution de panier?

 

A l’origine j’étais client depuis quelques années d’une ferme qui vendait ses produits biologiques dans les locaux de la Résistancia à Cholet. Ce petit marché de légumes était un lieu d’échange entre consommateurs mais également avec le producteur, ici la « Ferme de la Corbière ». De fils en aiguilles, d’autres consommateurs avaient de leur coté organisé un marché bio dans le centre social et souhaitaient eux aussi créer une structure pour permettre de s’approvisionner en ville d’une nourriture locale et si possible par des producteurs engagés dans une agriculture biologique.
Une première réunion a permis de réunir quelques intéressés dans l’objectif de monter une AMAP.

 


1)    Qu’est ce qu’une AMAP ?

Une AMAP c’est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne. Présente en France depuis une dizaine d’années le principe viendrait du Japon où ont les appelles des Teikei. Le terme « AMAP » ayant été enregistrée à l’INPI en tant que marque par une association du sud de la France le terme n’est pas toujours utilisé mais le principe est conservé. L’idée est donc de créer un engagement entre consommateurs et producteurs, les consommateurs s’engageant à acheter à l’avance les produits d’un ou plusieurs producteurs, et les producteurs, eux, à fournir plusieurs consommateurs.

Mais où se situe l’AMAP dans tout ça ?

Nous sommes en France et le commerce est régit par de nombreuses lois, on n’échange pas d’argent sur un lieu associatif, sans quoi on réalise un commerce concurrentiel et illégal. L’association n’est donc pas un lieu de transaction financière mais un lien entre les producteurs et les consommateurs.


2)   Les différentes cartes à jouer

Lors de notre réunion d’information dont l’objectif était surtout de savoir si oui ou non nous allions créer un système de panier, nous avions présenté les différents rôles des acteurs d’un tel projet. Aidé par des membres une association similaire nous avons réalisé des petites fiches de poste :


A.   Le consom’acteur :

Il est membre de l’association et paie une cotisation pour l’année.

Il s’engage par contrat d’au moins 6 mois avec un ou plusieurs producteurs.

Il s’engage à venir chercher son panier.

Il accepte les aléas de productions.

Il assure une ou deux permanences par an lors des distributions.

 

B.   Le producteur

Il est partenaire de l’AMAP et s’engage par contrat avec un ou plusieurs consom’acteurs.

Il s’engage à produire sur son exploitation en toute transparence des produits de qualité a des prix juste.

Il doit satisfaire la demande des consom’acteurs.


C.   Le référent

Poste important, il établit le lien entre le producteur et les consom’acteurs.

Il est le référent seul ou en binôme sur l’un des produits et s’occupe des contrats avec le producteur.

Il récupère les contrats et paiements pour les donner au producteur lors des créations ou renouvellement de contrats.


D.   Le membre du bureau

Il anime et communique sur l’association

Il est présent à tour de rôle les jours de distributions

 

3)   Du consommateur au consom’acteur

Cette réunion d’information a permis de s’assurer la création de l’AMAP puisque de nombreuses personnes étaient présentes et souhaitaient rejoindre le projet et assurer ainsi sa viabilité. Elle a été l’occasion de présenter les rôles, les différents producteurs et de répondre à beaucoup de questions.

J’ai remarqué que très rapidement les personnes avaient des comportements de consommateur tel qu’on le décrit péjorativement. Rapidement la frontière était traversée entre le citoyen engagé qui voulait des produits bio produits localement et le consommateur qui voulait choisir le contenu de son panier parce qu’il n’aimait pas tel produit, et toutes sortes d’exigences. Nos mauvaises habitudes revenaient vite, celles qui nous amènent au supermarché un jour férié, à vouloir le prix le plus bas pour un produit venant de l’autre bout de la planète et à ne pas vouloir attendre à la caisse. Il s’agit donc d’un réapprentissage pour certains, revenir à des comportements simples et sains. Il s’agit également de s’affranchir des nombreux intermédiaires qui font monter le prix des produits de la grande distribution, de connaître le produit et son producteur et inversement. L’engagement est coté consommateur et producteur, mais il y a la dimension de partage entre consom’acteurs, on s’arrangera pour aller chercher le panier de l’autre si il est absent, et puis on échangera les pommes de terres auxquelles ont est allergiques contre six œufs…

Si l’on n’a pas rencontré/partagé/discuté avec quelqu’un en venant chercher son panier c’est que quelque chose n'a pas fonctionné.

 Martin

 

Aller plus loin :

Le réseau AMAP

Le site de l'amap de Cholet : le panier de la moine

Les étapes clés de la création d'une AMAP sur ekopedia

 

Ajouter un Commentaire