[id-pop], la Communication RSE : responsable, solidaire et éthique

Arrêtons de gaspiller la nourriture!

reste de nourriture après le marchéphoto credit: iko

Alors que l'on parle de la nécessité d'augmenter la production agricole pour réussir à nourrir tout le monde sur terre, de modifier génétiquement tout et n'importe quoi pour obtenir des rendements supérieurs, il faudrait  tout d'abord penser à réduire le gaspillage de la nourriture dans nos sociétés.

 

Un article du journal "Le Monde" amène ce sujet en analysant les dernières études scientifiques en la matière.

Ainsi, l'on apprend qu'une étude de la revue scientifique PLOS One de Novembre 2009 a conclu que près de 40 % de la nourriture est jetée chaque année au USA.  C'est  1/4 d'eau douce pour produire celle-ci  et  l'équivalent de 300 millions de barils de pétrole par an qui sont gaspillés.

Pourquoi se borner à toujours produire plus alors qu'une meilleure maîtrise de la chaîne alimentaire permettrait  de réduire le gaspillage.

Cette étude américaine a réalisé une comparaison entre la consommation calorique par habitant  et par jour et la quantité calorique d'aliments disponible au États-Unis par jour/habitant.

En 1970, 3000 calories de nourriture étaient disponibles par jour et par homme  pour une consommation de 2100 calories.  Aujourd'hui, un américain consomme 2300 calories pour une disponibilité de 3800 calories.

La différence entre les deux chiffres représente la nourriture gaspillée.

 

D'où provient ce gaspillage?

 

Il se concentre principalement en bout de chaîne. Les dates de péremption strictes imposées par les normes sanitaires ainsi que les critères esthétiques sur les produits amènent les industries alimentaires à jeter près de 40 % de la nourriture produite.

Les ménages ne sont pas en reste. Une étude menée en Grande-Bretagne sur le contenu des poubelles révèle qu'environ 25% de la nourriture achetée par une famille termine à la poubelle. Ce chiffre correspond à des aliments avec une date de consommation dépassée et à une préparation en trop grande quantité.

 

Afin de réduire ces gaspillages, il faudrait mettre en place des stratégies complexes qui toucheraient à l'ensemble de la chaîne alimentaire. Mais ce marché n'est pas attractif dans un système capitaliste où la croissance nécessite une augmentation du PIB et donc une augmentation des transactions financières.

Les efforts se tournent donc plus facilement vers la thématique de l'accroissement de la production.

Plusieurs mouvements en France et dans le monde combattent ce gaspillage en pratiquant la récup' dans les poubelles des supermarchés, des boulangeries etc. Cette pratique ne fonctionne qu'à partir du moment où une faible proportion de personnes y participent. Mais elle a au moins le mérite d'amener une réflexion sur la société de "sur-consommation" et ses dérives.

Des dérives qui s'avérent dangereuses. Cette surproduction a pour effet de nous faire percevoir la nourriture comme un produit inépuisable et donc peu estimable.

 

Un dérangeant paradoxe dans un monde où 1 milliard de la population souffre de la faim et 9 enfants en meurent chaque minute...

 

Source:

 

Article du journal  "Le Monde"

http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/12/11/nourriture-jetee-recoltes-perdues-enquete-sur-le-grand-gachis-alimentaire_1279206_3244.html

Étude Américaine Plus One

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0007940

Free Vegan

http://www.freegan.fr/lieu_de_travail.php

Ajouter un Commentaire


Commentaires  

 
# dreano 11-11-2011 17:15
Bonjour,
Je suis né en 1946, juste apres la deuxième guerre mondiale, je suis resté à la ferme de mes parents j'usqu'à 19ans, on avait assez de nouritures car on en produisait cent fois plus que l'on consommait mais il était interdit de ne pas finir son assiette, ce qui fesait réflechir à qu'elle quantitée prendre, si non l'assiette revenait sur la table à chaque repas, pour celui ou celle qui n'avait pas fini,, une école dure mais tellement juste, toujours aujourd'hui je fini mon assiette. Il est trops tard pour les deux dernieres générations, les enfants ont été élevé par la société de consomation plus que par leurs parents.Je pensse qu'on va vers l'apocalipse de l'humanitée, car trops tard pour faire marche arrière
Répondre | Répondre en citant | Citer